Un projet urbain comme élément déclencheur d’une révolte politique

tumblr_mntx0lVF6N1qed11lo1_1280

Les révoltes populaires en Turquie de ces derniers jours ont, à mes yeux et par leur élément déclencheur, une signification particulière. En effet, le vaste mouvement populaire et global, qui fait vaciller le pouvoir en place, est d’abord né de la contestation d’un « simple » projet d’urbanisme à Istanbul, la plus grande ville turque. Celui-ci a ensuite pris de l’ampleur et s’est diversifié en termes de revendications, puis s’est élargi à plusieurs grandes villes turques (à Ankara la capitale notamment). Le commencement de la répression policière, le 31 mai, a également participé au changement d’échelle en « attisant les tensions » et en permettant à certain d’ouvrir les yeux sur l’autoritarisme du pouvoir en place.

Ces révoltes populaires nous apprennent « par l’exemple » qu’il n’y a pas nécessairement de décalage entre « luttes urbaines » et luttes politiques et sociales car les luttes urbaines sont, de par leurs objets même, éminemment politiques. En effet, quand les « émeutes » se produisent en France ou dans des pays « occidentaux », leurs dimensions politiques et revendicatrices sont trop souvent balayées d’un revers de manche par les médias de classe dominante qui, pour éviter l’étincelle et la « convergence des luttes », s’obstinent à les catégoriser en « jeux avec les forces de l’ordre », en frustration consumériste (pouvoir participer au système capitaliste) voire en revendication communautariste. Ces qualifications médiatiques dépendent des pays d’où sont originaires les révoltes urbaines et de leur « modèle d’intégration » (revendications communautariste pour les Etats-Unis et « jeux médiatique » pour la France).

L’exemple turque témoigne de cette possibilité de voir émerger des étincelles à partir de mobilisations à priori anodines. L’absence de prise en compte de la parole populaire dans un projet de constructions, d’abord critiqué par des « techniciens » (urbanistes et architectes) et des militants écologistes, aura été l’élément déclencheur d’une prise de conscience citoyenne beaucoup plus large de la faiblesse globale des instances démocratiques nationales. Cette situation où un élément « banal » se fait détonateur et bouscule un « ordre des choses », qui paraissait pourtant immuable, est un des points central du processus de Révolution Citoyenne que nous, au Front de Gauche, souhaitons inspirer.

Or, les potentiels éléments déclencheurs ne manquent pas en France. Ce sont par exemple les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) de Notre-Dame-des-Landes à Europa City qui font naitre des mobilisations de militants de tendances politiques diverses et variées mais qui partagent un but démocratique commun. Il ne s’agit aucunement de promouvoir une quelconque forme « d’avant-garde éclairée » mais de rendre hommage à ces militants déterminés, qui par leur courage et leur obstination, permettent à l’ensemble des citoyens et citoyennes d’être informé sur les lubies libérales. D’une autre manière, il est également possible de voir éclore la Révolution Citoyenne des « zones de relégation sociale », quartiers ghettoïsés, espaces périurbains ou ruraux abandonnés des services publics et des activités économiques. D’Aulnay à Amiens, les tensions sociales liées à la mise sur le carreau des milliers d’employé-e-s rendent plausibles l’explosion des quartiers populaires touchés par cette hausse du chômage.

En Turquie comme en France, la répression policière est le miroir de la crainte du pouvoir en place de voir s’ébranler sa domination. Si les morts ont pu être évités au plus fort de la mobilisation à Notre-Dame-des-Landes (bien qu’ayant fait de nombreux-se-s blessé-e-s), ce n’est malheureusement pas le cas à Istanbul. Le décalage entre les policiers surarmés et violents et les militants pacifiques mais déterminés, contribue également à lever le voile sur la réalité du pouvoir. De la même manière que le mouvement des « indignés » et que les « Révolutions arabes », la réappropriation des places publiques et des rues (malgré le danger lié à la répression) est une façon de montrer que les citoyens et citoyennes turques ne veulent pas se laisser voler l’espace public (physique comme symbolique) par un pouvoir autoritaire et par des marchands qui s’enrichissent sur les projets d’aménagement au détriment de l’intérêt général.

Car l’autre enseignement marquant des révoltes populaires turques est le lien entre question écologique et question sociale. En s’opposant à la construction d’un centre commercial géant à l’emplacement actuel d’un parc public, les stambouliotes extériorise l’ensemble des mécanismes de l’aménagement capitaliste sur la dégradation des modes de vie. Une question d’urbanisme catalyse ici des problématiques écologiques, démocratiques et sociales. Non pas fomentée « d’en haut », mais d’une opposition concrète et palpable venue « de la base », cette mobilisation est l’exemple d’une prise de conscience populaire locale qui, ayant compris les différentes relations de cause à effet, remonte au global, c’est à dire à la contestation d’un système dans son ensemble. Parce qu’elles croisent des revendications écologiques, démocratiques et sociales, les révoltes turques doivent être comprises, non comme des révoltes à caractères confessionnels voire « ethniques », mais comme des révoltes à caractères écosocialistes.

Publicités

Gouverner en imposant au peuple

_DSF3185

Alors qu’il est bon ton, dans la bonne société et dans ses relais médiatiques quotidiens, de dénoncer les prétendues atteintes à la démocratie chez les autres, particulièrement lorsqu’il s’agit de l’Amérique du Sud et des Révolutions citoyennes qui s’y expriment, les manquements démocratiques « chez nous » ne semblent pas faire l’objet d’une quelconque dénonciation. Pire, ceux-ci semblent s’imposer comme une façon novatrice et « moderne » de gouverner, à l’opposé des volontés forcément « populistes » des citoyen-ne-s qui, de toute façon, n’y comprennent pas grand-chose à toutes ces questions compliquées.

A l’échelle européenne, si « l’Eurogroupe » réunion mensuelle des 17 ministres des finances des pays membres de la zone euro a fait parler d’elle au cours du mois de mars, lorsqu’elle a voulu imposer une taxation des dépôts bancaires des épargnants chypriotes (projet qui au final a été rejeté par le Parlement national de Chypre), d’autres « instances » présentent le même degré de faiblesse démocratique. La commission européenne, sorte d’exécutif de l’Union Européenne, a ses membres désignés par les différents chefs d’Etats, tandis que la Banque Centrale Européenne est complètement « indépendante du pouvoir politique », c’est-à-dire inflexible sur sa ligne libérale. De manière générale le traitement des différentes « crises » de dette publique des pays membres de l’UE, montée en épingle par les médias internationaux, s’est fait exclusivement au détriment des processus démocratiques nationaux.

En France, l’alternance politique de l’année dernière aurait pu nous laisser présager un « changement » de façon de faire après dix ans de mise sous silence des volontés populaires (avec le Non au Traité Constitutionnel Européen en 2005 et les mobilisations monstres de 2010 contre la réforme du système de retraite comme zéniths de cette situation), il n’en est rien. Comme hier pour les libéraux, le peuple est toujours considéré, par les socio-libéraux au pouvoir, comme une masse idiote, soit incapable de comprendre les enjeux des différentes problématiques, soit tombant trop facilement dans les bras des forces politiques « populistes ». Le refus d’organiser un référendum pour approuver le TSCG, dernier traité européen limitant pourtant la souveraineté budgétaire nationale au profit d’instances européenne non-élues, fut le premier marqueur de cette absence de changement en matière de démocratie.

Mais ce déni démocratique ne concerne malheureusement pas uniquement les échelles nationales et internationales mais également des échelles régionales et locales. Cette façon de gouverner sans le peuple devient une sorte de « norme », une coutume agréable pour les petits monarques locaux qui en deviennent dépendants. Les Grands Projets Inutiles et Imposés (GPII) tels que l’Aéroport de Notre-Dame des Landes dans la banlieue de Nantes, la ligne ferroviaire haute vitesse Lyon-Turin ou le projet de complexe commercial géant Europa City à proximité de l’aéroport de Roissy-Charles-De-Gaulle (dans lequel il y aura vraisemblablement « une piste de ski » (sic)), sont des symboles de l’autoritarisme des certains élus. Bien que l’aéroport de Notre-Dame des Landes soit le plus médiatisé en raison du fait que c’est l’actuel Premier Ministre, et ancien maire de Nantes, qui en a été le commanditaire, l’ensemble de ces projets fait l’objet d’une vive contestation locale voire nationale et internationale.

Alors que les discours politiques sont peuplés de références à « la gouvernance » voire à la « démocratie participative », celles-ci s’affichent comme pour masquer une tendance plus lourde de retrait des classes populaires de la sphère politique, de la sphère de décision. L’abstention dans certains quartiers n’est que la partie visible de l’iceberg du dégout de toute forme organisée de participation politique. Mais comment ne pas comprendre la colère du peuple mis de côté par les « biens pensants » libéraux, abrutis par les émissions de télévisions et la pensée unique médiatique ? Les « nouvelles formes de participation » n’apparaissent finalement que comme une mascarade anti-démocratique généralisée dans laquelle seuls les notables politiques et économiques tirent un bénéfice. Il n’y a qu’à voir comment « l’acte III » de décentralisation ou la création des « Métropoles » favorisent la concentration des pouvoirs vers quelques barons et institutionnalise les négociations de couloir. Nous voyons donc que l’affaiblissement des formes démocratiques est une stratégie politique voulue par les libéraux et les socio-libéraux au pouvoir en France et en Europe.

Or la démocratie n’est pas une « concession » faite au peuple par les puissants mais l’unique moyen de faire émerger l’intérêt général contre les différents intérêts particuliers. C’est pour cette raison que jamais une quelconque forme de « gouvernance » où s’invitent des acteurs de la société civile (sans bien sur remettre en question la pertinence et l’efficacité des actions de ces acteurs dans de nombreux domaine) ou des groupes de pression ne remplacera une « véritable » démocratie où chaque citoyen et citoyenne, peu importe sa classe sociale, dispose d’une voix identique à son voisin ou sa voisine, et où chacun-e doit recevoir une éducation républicaine de qualité lui permettant de faire des choix uniquement guidés par sa raison. Le processus de marchandisation de l’enseignement et des savoirs mis en place par la droite et confirmé par le Parti de Solférino contribue donc à l’affaiblissement de la démocratie.

N’ayons pas peur des mots, la démocratie en France comme en Europe mérite aujourd’hui, comme hier l’Amérique du Sud, un grand coup de balais sur ses institutions toujours plus éloignées de la réalité du peuple. C’est en cela que le pays a besoin d’une Révolution citoyenne que le Parti de Gauche  et le Front de Gauche se proposent d’accompagner. Il n’est plus possible de continuer sur ce chemin austéritaire qui spolie les citoyens et citoyennes de leur souveraineté pour la donner aux banquiers et actionnaires des grandes puissances économiques. Nous devons renouer avec les idéaux de la Grande Révolution de 1789 et reprendre le pouvoir dans la cité comme dans l’usine, faisons de l’exigence démocratique un des piliers de nos programmes européen et municipaux.


La Nation et la pensée socialiste

26122012-8

Dans l’histoire de la gauche, certains concepts connaissent des périodes de lumière et des périodes sombres. Je ne vais pas vous parler ici du concept de « lutte des classes » balayé d’un revers de main sur un plateau de télévision par Jérome Cahuzac, dont il est plus qu’absurde de nier sa matérialité (les antagonismes de classes sont d’ailleurs plus que visibles dans l’espace public) mais du concept de « nation ».  Ce terme est aujourd’hui abandonné par la gauche car il sous-entend dans la doxa actuelle une forme de racialisme, au « moins pire » (pour ne pas dire au mieux) une forme affirmée de chauvinisme patriotique et une fermeture à l’altérité, et « au pire » une adhésion au principes xénophobes et réactionnaires du Front national.

Il apparaît utile de signaler que le terme de nation, à partir du XVIIIème siècle, est partagé entre deux conceptions diamétralement opposées : la conception dite « française » et la conception dite « allemande ». Or la raison pour laquelle le terme de nation semble complètement dévalorisé aujourd’hui dans les milieux de gauche est que c’est la conception allemande, portée par l’extrême droite et la droite réactionnaire qui semble triompher. Celle-ci considère que la nationalité, c’est à dire le fait d’appartenir à une nation, est le fruit de la nature et de la transmission par le sang. Pour le camp réactionnaire on nait français (ou pas) mais on ne peut pas le devenir si aucune filiation n’est visible.

Mais le concept n’a pas toujours été mis de côté par la gauche. Contrairement à la conception « allemande » du concept expliquée précédemment, la conception « française » est dite « universaliste » car basée sur un partage de valeurs et une volonté de se regrouper en une communauté de citoyens plutôt que sur une transmission de sang. Cette conception met en avant la Raison, permettant la libre adhésion du peuple à un projet politique collectif. La Nation est révolutionnaire car c’est elle qui permet la souveraineté populaire et l’intérêt général et c’est de celle-ci dont se réclame de grands socialistes comme Jean Jaurès. Contrairement à la vision allemande défendue par la droite et l’extrême droite, cette conception de la Nation n’empêche pas l’internationalisme car bien que, comme l’écrivaient Marx et Engels en 1848 dans le Manifeste du Parti Communiste, « les travailleurs n’ont pas de patrie », ils partagent des principes communs de liberté et d’égalité.

Au cours du XXème siècle l’image de la Nation, pour la gauche, va se détériorer. La Première Guerre Mondiale et son lot d’esprit « revanchard » va exacerber les replis communautaires et va transformer le sens de la notion vers un synonyme de militarisme et de haine du voisin allemand. Si la Nation continue cependant d’être glorifiée durant « l’entre deux guerre », le régime pétainiste collaborationniste et sa « Révolution Nationale » vont porter un coup terrible à l’universalisme Républicain. A partir de ce moment la gauche va fuir le terme pour ne pas être mêlée de près ou de loin aux idéaux abjects des collaborateurs vichystes. C’est une certaine vision de la nation qui va triompher et qui perdure encore jusqu’à aujourd’hui.

La gauche (éco)socialiste doit-elle abandonner le terme ? Cette question sous-entend celle de la réappropriation d’une notion connoté négativement dans l’opinion publique et montre à quel point la question du langage est un point central de la lutte idéologique contre la droite et l’extrême droite. Lutte à mener en parallèle de la lutte sociale. La réappropriation de la notion de Nation doit permettre à la fois de dénoncer l’hypocrisie du Front national qui est toujours du coté du capital, et la politique social-libérale menée par le gouvernement actuel. Seule une gauche anti-capitaliste dispose d’une cohérence politique qui lui permet de se réapproprier le sens révolutionnaire de la Nation républicaine car seule celle-ci défend des principes de liberté, d’égalité et de démocratie. Ces principes sont ceux qui ont guidés l’élaboration de la Constitution de notre Première République en 1792, raisonnant à l’élan populaire de la bataille de Valmy. Contre la pensée libérale actuelle défendons une Nation révolutionnaire libre, égalitaire, démocratique et internationaliste.


Un oeil dans la (re)prise de la Bastille

Paris, 18 mars 2012


L’émancipation urbaine ?

En 2008, un seuil a été franchi. En effet, depuis cette date plus de la moitié de la population vit dans en ville. Loin d’être anecdotique, c’est un véritable bouleversement auquel nous assistons. L’être urbain ne concerne pas seulement la qualité d’habitant d’une ville mais l’ensemble des manières d’être qui vont être rattachées à cette qualité. C’est la vie en ville qui va conditionner les comportements humains. Le fait de penser et de se comporter d’une certaine façon (par exemple dans la manière de concevoir ses relations sociales, de consommer, de travailler … ) est le résultat d’un processus complexe d’un mode de socialisation urbaine qui est en totale opposition avec le mode de vie rural qui prévalait. La formule du sociologue Henri Lefebvre « L’espace est la projection au sol des rapports sociaux » est particulièrement symbolique des liens qu’entretiennent les modes de vie et la façon d’occuper de l’espace.

Le choix d’émancipation urbaine comme titre de mon blog relève donc de l’idée qu’il est nécessaire de penser «l’urbanité» comme élément central de toute la pensée politique d’aujourd’hui. Le mot «citoyen» a d’ailleurs comme origine étymologique le mot latin «civis» dont un des dérivés est celui «d’habitant de la cité».

Si la ville est à l’origine de la pensée politique en générale, elle l’est aussi, et de manière plus profonde encore, en ce qui concerne la pensée révolutionnaire. Au cours du 19ème siècle, avec la Révolution industrielle et le véritable exode rural que celle-ci va entrainer, nous allons avoir un mélange de plus en plus important des différentes classes sociales à l’intérieur des villes. Cette cohabitation forcée va avoir des conséquences très importantes sur le développement de la conscience de classe. En effet, pour la classe ouvrière naissante, quitter la campagne pour vivre en ville va se traduire par un abaissement de la qualité de vie et une hausse de la mortalité (conditions de travail désastreuses, maladies nombreuses…) mais aussi offrir à la vue de tous les inégalités de condition de vie entre une bourgeoisie toujours plus riche et un prolétariat toujours plus pauvre. Durant le 19ème siècle la ségrégation sociale était beaucoup moins forte qu’aujourd’hui et il était fréquent que des ouvriers et les propriétaires d’usines vivent dans un même immeuble, à des étages différents. Conscient des différences de niveau de vie entre ces classes, nous allons assister à la naissance du syndicalisme et des premiers mouvements ouvriers.

Lorsque l’on a compris cette relation entre ville et révolte populaire nous pouvons nous rendre compte que l’expression de révolte urbaine apparait être un pléonasme. Par ailleurs, bien souvent les «révoltes urbaines» n’ont comme caractère urbain que le seul fait de se dérouler dans un espace urbain très particulier mais elles partagent le plus souvent des mots d’ordres, qui dans d’autres situations, seraient considérés comme «sociaux», «politiques» ou «syndicaux».

Le titre de mon blog, « l’émancipation urbaine », traduit une nécessité pour le peuple de reprendre possession de sa propre existence contre tout forme d’aliénation capitaliste afin de permettre une émancipation humaine.